top of page
Marble Surface
  • Gen-Hike

QC-ME-NH - Traversée des frontaliers

Dernière mise à jour : 2 juil. 2023

Traversée impossible en période de chasse. Niveau : Expert.

Une traversée du Maine et du New Hampshire, par la frontière, de 43,66 km avec un D+ de 2158 m.

Départ à 7h02 du stationnement de la montagne de Marbre (rang 10) à Notre-Dame-des-Bois. Arrivée à 22h38 à la halte de Chartierville.

Accompagnée de mes amis Françoise Sanchez, Gérald Léveillée et mon amoureux Christopher Shorkey.


Sommets atteints :

  • Saddle (canister) \ 968m

  • Saddle East Peak (canister) \ 981m

  • Montagne de Marbre (canister) \ 914m

  • Boundary Mountain 474.x \ 792m

  • Boundary Mountain 474.34 \ 831m

  • d'Urban (canister) | 914m

  • Snag Pond Peak (Boundary Mountain 477.7) (canister) \ 999m

  • Salmon (canister) \ 1014m

Débutons par une ascension en boucle de 16 km vers le mont Saddle par le SF2 et SF5 avant d'arriver sur la frontière (SF1). Une vue grandiose et 360 degrés sur le mont Saddle bien identifié par la pancarte des sentiers frontaliers. Poursuivons sur la frontière sans sentier défini vers le mont Saddle Est se trouvant environ 1,2 km plus loin. Aucune indication du sommet. Toutefois, celui-ci sera assurément franchi lorsque nous avons pu voir les monts Gosford, White Cap Mountain et Snow Mountain au loin. Splendides !

On revient ensuite sur nos pas par le SF1 pour aller rejoindre la montagne de Marbre avec sa vue à 360 degrés sur Twin Peaks pour redescendre ensuite par le SF2 jusqu'au stationnement initial, afin de récupérer de l'eau et de la nourriture pour les 27,5 km suivants qui ne seront pas de tout repos vue l'humidité accablante et le dénivelé restant à parcourir !


Après une marche de 1,5 km sur le rang 10 permettant le réchauffement nécessaire pour emprunter ensuite le SF1 pour une montée soutenue de 2,3 km pour rejoindre la frontière. Le sentier était large et très rocheux, sans difficulté technique particulière. Sur la frontière, tournons à droite, et à partir de ce point, le plaisir commence ! Herbes hautes, terrain vallonné non défriché, boueux et marécageux par endroit furent notre terrain de jeu jusqu'en direction du mont d'Urban en passant par les Boundary Mountain et la frontière ME-HM. A d'Urban, la vue est surprenante ! Au delà de d'Urban pour aller rejoindre Snag Pond et Salmon, nous avons décidé de demeurer majoritairement sur la frontière américaine. Ici aussi, quelle vue ! J'étais ébahie par moment !


Un petit détour aux USA pour aller faire le plein d'eau au "Boundary Pond" fut nécessaire pour affronter les 17 km restants. Ces 17 km... je m'en rappellerai longtemps. QUEL DÉFI !!


Aux allures de murs, l'ascension de Snag Pong, et plus particulièrement celle de Salmon furent difficiles, m'aura également décrocher quelques jurons et fait couler quelques larmes de rage, de découragement et d'épuisement. Certaines descentes furent également très abruptes et techniques, ce qui m'a sorti pleinement de ma zone de confort. Par moment, j'ai eu peur.


Aurait-il été plus simple d'emprunter le sentier frontalier SF1, possiblement plus défriché et aménagé ? Nul ne sait, mais ce défi étant déjà assez ardu, il était d'une certaine façon aidant et motivant de voir droit devant l'objectif à atteindre et de réaliser l'ampleur du chemin parcouru par un coup d'œil sur la vue à l'arrière, plutôt que de risquer de se perdre dans le bois. Quelle dose de fierté se fut à chaque nouvelle et majestueuse vue offerte par l'atteinte des nombreux vallons de cette frontière. Chose sure, au travers les hautes herbes parfois piquantes nous déchirant la peau, il a fallut nous armer de patience, de chasse-moustique et d'endurance !


Une décision de groupe s'est imposée vue la noirceur et la fatigue. Nous avons changé notre plan initial de se rendre à la halte de Chartierville par la frontière pour atteindre 2 autres montagnes, pour effectuer notre retour au véhicule en prenant le traditionnel SF1 pour effectuer la descente de Salmon sur 4,5 km à l'aide de nos lampes frontales. Ensuite, nous avons marché sur le chemin brise-culotte sur 3,8 km... quelle platitude et de douleur pour les pieds fut ce chemin de gravier... Je n'entendais que le bruit de mes bâtons frappant le sol dans un rythme régulier, à me répéter constamment de continuer jusqu'à la lumière au bout de cette rue sachant qu'à celle-ci le kilométrage nécessaire pour réussir initialement ce défi (42,195 km ; marathon) serait atteint. Il ne restera alors qu'une dernière montée via la 257 afin de rejoindre la halte de Chartierville...

Quand j'ai aperçu au loin la voiture dans la lueur d'un lampadaire... un seul mot m'est venu "enfin !".


Quel défi ! Je m'en souviendrai longtemps...

Bravo à mes amis et mon amoureux qui m'ont accompagné dans ce défi de taille que je leur ai lancé. En espérant que notre signature à chaque canister y restera gravée longtemps.


Pour davantage de photos et vidéos, cliquez sur la photo suivante.




0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page