top of page
Marble Surface
  • Gen-Hike

GR20 - Partie Sud (jours 9 à 11)

Dernière mise à jour : 14 juin 2023

Traversant le sud de la Corse au départ de Vizzavona jusqu'à Conca, le GR20 Sud est considéré comme plus facile et plus roulant que la portion Nord. Le GR20 côté Sud est nettement moins escarpée par rapport au nord, mais il reste tout de même sportif, surtout avec la fatigue accumulée si l'on décide de faire le GR en entier du Nord au Sud. Il ne faut pas le sous-estimer.


Les montagnes et les pics, toujours présents, font place cette fois aux grandes plaines et aux forêts. Le paysage y est magnifique, très différent du Nord. C’est un parcours de montagne qui présente des paysages montagnards très variés, comme les aiguilles de Bavella ou le plateau de Cuscionu. Tout au long de la randonnée, on y trouve de nombreuses bergeries, témoignant des traditions paysannes de l’île, ce qui en fait une portion souvent qualifié de plus authentique.


Les étapes du GR20 Sud

Le parcours de montagne du GR20 Sud de Corse se compose de 7 étapes (sens nord-sud), mais nous avons décidé de parcourir cette portion en 6 étapes, en empruntant par exemple l'ancien GR menant au mont Incudine, ce qui nous a permet d'éviter l'arrêt à Matalza.

Voici les détails :

Cliquez sur les photos pour vous rendre sur mon Flickr pour davantage de photos et vidéos.


9- De Vizzavona aux Capanelle

Cette journée fut, à mon avis, la plus facile de tout le GR avec son relief tout en douceur. Une journée avec un départ tardif vers 8h00, dans un environnement presqu'entièrement boisée. La première et seule journée n'offrant aucun panorama à 360°. Une petite journée en temps de marche, mais avec davantage de kilométrage. Un terrain qui ne sera pas négliger, en raison de la fatigue accumulée, dans un environnement rappelant mes ascensions au Vermont et au Maine dans les USA. Au début de cette journée, le changement est radical puisque le GR20 nord (Calenzana-Vizzavona) est technique, accidenté et que le sud du GR20 (Vizzavone-Conca) est beaucoup plus roulant, du moins en cette journée.

Dès la sortie de Vizzavone, le sentier commence à monter progressivement et de façon soutenue jusqu'à Bocca Palmente (1640m), d'abord par une large piste forestière carrossable puis en suivant ensuite le petit sentier étroit de terre battu recouvert d'épines de pin qui monte en lacets jusqu'à la crête. Il faut environ 1h pour parcourir cette portion. Des hêtres, des fleurs, des fougères font partie du paysage. On continu pendant environ 1h30 jusqu'au col de Bocca Palmente (1640m) avec une vue sur le littoral, les étangs de Diana et d'Urbinu ainsi que sur la forêt de Ghisoni. Le sentier se poursuit, il y aura un ruisseau a travers, celui d'Alzitone, jusqu'aux bergeries d'Alzeta (1553m) où j'ai pris la pause en attendant Françoise.

On poursuit notre chemin sur le sentier sa descente douce peu technique pour aller rejoindre la crête d'U Cardu (1515m) et rejoindre les bergeries d'E Scarpaceghje (1450m).

La dernière portion de cette journée nous a quelque peu surprise par sa pente raide sur les derniers 800m par un gain d'environ 170m. Au travers la forêt de Sambuccu, la montée se fera en lacets pour aller rejoindre la crête de Ciufidu (1600m). Cet endroit est magnifique, le soleil était très fort et se reflétant vivement sur le terrain de roche blanche. On continu donc, tout en sueur et exténuées par cette dernière montée, pour aller rejoindre la route et effectuer une courte descente improvisée, ayant perdu les indications du GR, dans les herbes et roches vers le refuge d'E Capanelle (bergeries u Fugone ; 1586m) aperçu au loin.


Un très belle endroit où j'ai eu le plaisir de partager le dortoir et discuter avec Arnaud et Carl. Quel sympathique duo ! Un souper copieux partagé aussi avec ce duo, ainsi qu'avec Amandine et Nico. Bonjour à vous !


Environ 5h30 de marche, selon le topoguide.

10- Des Capanelle à Prati / Variante du Monte Renoso

Une première journée plus froide et extrêmement venteuse aujourd'hui. On sort le coupe vent et les petits gants, le monte Renoso nous attend !

La journée débute en retrouvant l'indication pour aller rejoindre le Lac Bastani. Une montée soutenue de 400m de D+, digne des pentes de ski du Québec sur un sentier de pierres roulantes et de terre battue. J'ai de la poussière dans la yeux avec les rafales de vent qui se présente sporadiquement. On improvise la montée, puisque le balisage est absent et les cairns si petits qu'on les aperçoit au dernier moment.

On rejoint le lac Bastani (2092m)... WOW... et re-WOW !! Quel ben endroit et quelle vue avec le soleil qui commence à se lever. On quitte le lac pour reprendre le sentier cairner et facile à suivre jusqu'à l'arrête faîtière (2200m) pour la suivre jusqu'au Monte Renoso (2352m). Une autre portion d'ascension qui fut soutenue, exigeante, mais très agréable à parcourir. Et que dire du panorama à 360° au sommet et de sa croix ! Comblée de bonheur à la vue du golfe d'Ajaccio et de toutes ses montagnes à perte de vue. J'ai trouvé le panorama semblable à la Corse Nord dont je m'ennuyais déjà. J'avais le sourire collé au visage, figé également par le froid et le vent qui continuait de souffler fortement.

On quitte ce sommet pour poursuivre sous la Punta de Valle Longa en admirant la vue sur les lacs de Vitalacca et de Bracca. On enjambe plusieurs rochers (vive la flexibilité et le yoga pratiqué en fin de journée) pour aller rejoindre l'arête étroite menant au plateau de Punta Orlandinu (2273m). La vue sur les pozzines en contrebas est remarquable. On continu en longeant la crête de Pietraghjone pour rejoindre Bocca di u Prunu (1972m) pour descendre de façon improvisée par moment au travers les herbes agressives sous le regard des vaches broutant paisiblement jusqu'aux bergeries d'I Pozzi où Jean-Francois, le berger, nous fit un accueil très chaleureux et offrit ses conseils pour prendre un raccourci, évitant ainsi le plateau du Ghjalgone, pour la suite de notre parcours journalier.

Pause dîner à discuter et à saluer des gens pratiquant des "day-hike".

Suivant les conseils de JF, on entame la descente sur le sentier suggéré. Quelques pierres roulantes et petits ruisseaux à traverser. On entre dans un sous-bois de gigantesque sapins et hêtres, offrant une belle variété de tons de vert, pour atteindre Bocca di a Flasca (1430m). Le sentier continu de descendre jusqu'au Col de Verde (1289m). Une portion très "roulante" et facile à parcourir.

Petit arrêt au Bivouac du Col de Verde pour un café et une bière avant de reprendre la dernière portion de la journée qui se verra à nouveau très sportive par sa montée qui durera plus de 2h. Environ 2,3km de montée pour 600-700m de D+... ce n'est pas à négligé. Par chance, le sentier n'était pas technique, alors un pas à la fois en tenant un bon rythme nous avons réussi à rejoindre le Bocca d'Oru (1840m), la tête dans les nuages. Aucune vue dégagé, ce qui est une première ! On a manqué la vue promise sur la plaine d'Aléria, l'île d'Elbe et de Pianosa.


Le refuge de Prati (1820m) n'est plus très loin, environ 15 min de marche à profiter du silence de la nature avant de se retrouver dans l'ambiance bruyante d'une quarantaine de randonneurs entassés dans un air de repas à vouloir être à l'abri du froid et se retrouver en groupe pour partager une Pietra et jeux de cartes.

Environ 6h00 de marche + 2h30 pour le Monte Renoso, selon le topoguide.

11- De Prati à Usciolu

Un matin nuageux, aussi froid que la veille. Beaucoup de randonneurs décident de partir au même moment, en raison de la pluie annoncée, ce qui cause beaucoup de trafic sur le GR. Ce genre de début de journée sera chose courante dans la portion Sud, qui est beaucoup plus achalandée que le Nord.

Fidèle à sa réputation, le sentier du GR débute par une montée soutenue vers les crêtes sur les 5 premiers km, donc la technicalité s'accentue au fil du parcours. Encore beaucoup de vent ce matin, des vues que partiellement dégagées sur les environs.

On marche ainsi que les raides contreforts de la Punta della Cappella pour atteindre une altitude de 1998m. On contourne a flan de montagne pour aller rejoindre le sommet à 2041m, le point culminant de la journée. On poursuit en marchant sur la crête rocheuse en traversant certaines partie plus technique

Dans cette cuvette pierreuse on rejoint la Punta di Campitellu (1937m) pour poursuivre sur l'arête faîtière en traversant des pentes rocheuses assez raides nécessitant l'usage des mains et une gymnastique à travers les éboulis escarpés... qui a dit que le Sud était plus facile ?

On rejoint enfin le terrain plus facile à parcourir de la Punta di Latuncellu (1722m) et remarquons que cet endroit à aussi été la proie des flammes récemment. Ceci s'étend jusqu'au large col de Bocca Rapari (1614m), ne présentant aucune végétation ou presque. La vue se dégage, les nuages disparaissent et la pluie annoncée à cet heure ne sera pas du rendez-vous. On poursuit jusqu'à l'entrée dans une forêt de hêtres rabougris pour aller rejoindre le Bocca di Laparo (1525m). Il s'en suivra une série de montée et de descentes dans la forêt pour contourner la Punta Mozza pour ensuite effectuer une raide, mais très raide montée en lacets tout en quittant la forêt pour rejoindre Punta Bianca (1954m). On arrive enfin au plateau pierreux de Bocca di a Furmicula, totalement exposé au soleil brulant. On rejoint alors par une courte montée le sommet du mont Formicula (1981m) orné de sa splendide croix avec l'emblème de la Corse.

A ce moment, l'étymologie du mot Formicula, soit "fourmi" prit tout son sens... j'avais autant d'endurance que ses petits insectes sur ce GR, avec le poids du sac sur le dos. J'étais très fière de tout le chemin parcouru !

Pause dîner avant de poursuivre un 2km assez roulant sur la crête et effectuer le dernier km en descente dans les roches instables pour aller rejoindre le refuge d'Usciolu (1727m) aperçu au loin.


Quel plaisir et surprise se fut de revoir Denis, Jean-Michel, Christophe, Serge et Nico ! Je croyais les avoir perdu de vue puisque leur découpage de GR était différent du nôtre.

Serge, se fut un plaisir de t'aider a coller la semelle de tes bottes. Heureuse d'avoir "sauver" ton GR.

Denis et Jean-Michel, merci de m'avoir offert le restant de vos pâtes... j'étais vraiment affamée ce soir la ! Elle a de l'appétit la petite québécoise !


Environ 6h00 de marche, selon le topoguide.




0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page