top of page
Marble Surface
  • Gen-Hike

Abitibi - Mont Kanasuta (Sentier Yol)

Dernière mise à jour : 18 juin 2023

Arntfield. Gratuit. Chiens Permis. Ouvert annuellement.

Altitudes respectives de 502 m et 475 m (sommet Ouest). D+ 328m. Niveau : Intermédiaire.

De Rouyn-Noranda, prendre la route 117 Nord. Après une vingtaine de kilomètres, tourner à droite pour rester sur la 117 Nord (panneaux vers Kirkland Lake). Tourner à droite sur le chemin du Mont Kanasuta et continuer jusqu’à la montagne.


Selon les gens locaux rencontrés, cette montagne serait davantage fréquentée pour la raquette en hiver. Le mont Kanasuta (mont Lion) fut, selon certaines légendes indiennes, un haut lieu d'initiation chamanique **.


Le sentier Yol est une boucle de 8,5 km offrant un beau défi sportif et une vue plus que magnifique au sommet du mont Kanasuta. Vous marchez à travers une belle diversité d'écosystèmes, vous verrez des peupliers "à grandes dents" et de formations géologiques avec plusieurs panoramas exceptionnels sur les environs. Le balisage sera des rubans orange accrochés à quelques branches ou ceinturant à bonne hauteur un tronc en bord de piste et quelques pancartes. Effectuée dans le sens anti-horaire, la montée en "face de singe" ne sera pas de tout repos, mais vous offrira un défi fort intéressant. Vous aurez le choix d'un cordage ou de longer la crête rocheuse pour faciliter votre ascension. Arrivés au sommet, vous serez charmés par la vue décrochée sur le mont Chaudron, les collines Kekeko et sur les nombreux plans d'eau environnants tels que le lac Opasatica au sud et le lac Dasserat au Nord.


Ce parcours est déconseillé les jours pluvieux rendant les roches glissantes, surtout lors de la traversée du sentier de l’Éboulis menant sur la caillasse.


Pour atteindre le sommet Ouest, offrant une belle vue, mais pas autant que sur le sommet principale en raison de la présence de télésièges et vue coupé par les arbres. Pour s'y rendre, vous avez choix entre les pistes de ski ou par le sentier Yol via un bushwhack très dense par une vieille trail de motoneige.


Un endroit qui vaut certainement le détour ! Mon amoureux Chris et moi avons combiné cette randonnée à celle du Mont Chaudron dans la même journée.


** Kanasuta signifie en algonquin « là où il y a trois rapides », mais selon James White, Kanasuta signifie en ojibwe « endroit où dansent les diables ». Il avait aussi désigné la colline sous le nom de Swinging Hills, nom qu'il garda jusqu'en 1971. Le diable parfois entre les deux montagnes se balançait sur une corde. Une autre légende algonquine est associée à la montagne. Il aurait été le théâtre d'une bataille acharnée entre un homme bon et un mauvais manitous. Un chaos de rochers entre les deux sommets de la colline, appelé la « caillasse d'Enfer », serait un vestige de cette bataille.


Pour davantage de photos et vidéos, cliquez sur la photo suivante.

Sentier Yol :

Notre randonnée combinant Kanasuta et Kanasuta Ouest par un bushwhack :

Un petit brin d'histoire :

"Historiquement, le secteur du mont Kanasuta revêt différentes significations spirituelles pour les Algonquins de la région. Un jour d'été de l'an de grâce 1884, alors qu'un petit vent du nord-ouest rafraîchissait singulièrement cette journée qui s'annonçait pourtant comme caniculaire, le missionnaire oblat: Père Paradis, assis confortablement dans un canoë remontant le lac Opasatica, s'enquit auprès de Okoushin, son fidèle guide algonquin, du nom de 2 montagnes jumelles dont la découpe singulière tranchait étrangement sur l'horizon; "Kamasuta Kamatwesing, l'endroit où l'on entend un son", fut la réponse. "L'endroit où se balance Machi manitoo", prétendit un ojibwé de Mississagué. "Le lieu où les esprits dansent" s'insurgea un troisième. Bref il ressortit de ce passionnant débat toponymique que le lieu était sacré et que depuis de très nombreuses lunes on intronisait les futurs chamans au sommet de ce qui devait devenir dans la cartographie anglaise; "the swinging hills". Outre ces légendes indiennes, le père Paradis ramena de son expédition une délicieuse aquarelle des Monts Kanasuta et un répulsif au nom évocateur de "maringouinfuge" dont l'inquiétante composition: lard, goudron liquide et tout de même citronnelle, fut totalement rhédibitoire au niveau de la commercialisation. Deux siècles plus tôt, franchissant le portage de la ligne de partage des eaux au pied des monts Kanasuta, le Chevalier de Troyes avec son commando de 100 hommes fort décidés à bouter l'anglais hors de ses comptoirs de la baie de James, aurait certainement apprécié les effets dissuasifs du maringouifuge.

Vers la fin du XIX siècle, une exploitation des ressources naturelles digne de ce nom, s'installa dans les alentours des 2 monts. Ce furent d'abord les coupes forestières préfigurant "L’erreur boréale" de Richard Desjardins, puis s'ajouta l'activité minière. Elles s'exercent encore. Quant au massif lui même, il ne fut réellement mis à contribution qu'à partir des années 60, avec la création d'un centre de ski sur les pentes du K1" (tiré de https://accespleinair.org/randonnee-pedestre/sentiers-pedestres-la-yol).


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page